Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

06/12/2016

3e dimanche de l'Avent, A

Homélie du 3e dimanche de l'Avent, A

Is 35, 1-6a. 10 ; Jc 5, 7-10 ; Mt 11, 2-11

Tout d'abord, une petite question, mais dont la réponse ne sera pas récompensée par des cadeaux, comme à la télévision. Dans l'évangile, combien y a-t-il de béatitudes ? On peut répondre très justement : une litanie de neuf chez Matthieu, une litanie de quatre chez Luc. Chacune à leur manière et pour des publics différents, elles présentent la quintessence de l'enseignement de Jésus… Il y en a d'autres, dispersées dans le texte. Par exemple : "Heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent", ou "Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu".

Cependant, la plus troublante, sinon la plus choquante, est celle que nous avons entendue aujourd'hui : "Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi". Autrement dit, "Heureux celui qui ne sera pas heurté jusqu'à en trébucher par le caractère ambigu et déconcertant de la personne du Christ, de son œuvre, et du monde nouveau qu'il est venu inaugurer".

Ce qui veut dire que l'on peut croire en Dieu et même en Jésus Christ, être un homme ou une femme de bonne volonté et de devoir, être pratiquant et nourrir sa vie de prière, être religieux ou religieuse, et se faire une idée du Christ, de son message et de son Royaume, qui ne correspond pas à la réalité de l'Evangile.

Il n'est d'ailleurs pas inutile de rappeler que ceux qui se sont opposés à Jésus, qui l'ont considéré comme blasphémateur, suppôt de Satan, fossoyeur de la Loi et des traditions, étaient des croyants. Et ces croyants l'ont fait mettre à mort.

Cela ne doit pas trop nous étonner. Jean Baptiste lui-même a été, comme beaucoup d'autres et comme nous pouvons l'être, complètement désorienté par Jésus, dont il avait annoncé la venue comme Messie. Il l'avait imaginé tel un homme énergique et puissant, maniant la cognée, utilisant les grands moyens pour opérer un vaste nettoyage, tout purifier par le feu et remettre de l'ordre. L'arrivée du Messie libérateur devait être un "jour de colère et de ruine pour les persécuteurs d'Israël". Et voilà que, tout au contraire, il enseigne paisiblement, fréquente des pécheurs, guérit des malades, prêche des béatitudes, critique l'élite religieuse, ses pratiques, sa façon d'observer la Loi et sa manière de prier.

Le géant de l'ascèse est envahi par le doute et l'inquiétude, à tel point qu'il envoie ses propres disciples interroger son cousin : "Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ?" Une question qui en dit long sur l'état d'esprit de Jean Baptiste.

Et Jésus ne va pas le rassurer, mais bien l'inviter à corriger sa vision du Messie et de son Royaume. Il va acculer le grand prédicateur de la conversion à se mettre lui-même en question et à se laisser convertir, parce que le Royaume de Dieu était déjà là, bien visible et portant du fruit, et il ne les avait pas reconnus. Remarquez que Jésus ne répond pas par des doctrines, ni des principes, mais par des faits très concrets, qui ne sont rien d'autre que les signes annoncés par les prophètes, notamment par Isaïe et par les psaumes.

"Le Seigneur Dieu, chantait déjà le psaume 145, c'est l'espoir des malheureux. Et il précise : "Il fait droit aux opprimés, donne du pain aux affamés, relâche les captifs, rend la vue aux aveugles, redresse ceux qui sont courbés. Il aime les justes, protège les étrangers, soutient l'orphelin et la veuve".

Ce sont ces preuves-là que Jésus apporte : "Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez". Et ce que l'on voit, c'est l'amour à l'œuvre, le combat pour la justice et la paix, la délivrance de tous ceux et celles qui sont écrasés, blessés, meurtris, rejetés.

Jésus renvoie Jean à la Parole de Dieu dans les Ecritures, pour qu'il ouvre ses yeux et ses oreilles et qu'il se fasse une autre idée du Christ et de son Royaume.

Manifestement, Jean s'est remis en question, mais pas tous ses disciples. Il en est qui n'ont pas voulu rallier Jésus et sont restés fidèles au Jean Baptiste d'avant sa conversion. Ce sont les Johannites.

Nous pouvons, nous aussi, être des Johannites sans le savoir, nous tromper de Christ et nous tromper sur les signes et les preuves de la présence ou de la croissance du Royaume de Dieu. Pour beaucoup de chrétiens, les signes de la bonne santé du Royaume sont peut-être des églises remplies, des séminaires trop petits, un renouveau de la prière et des statistiques réconfortantes. Beaucoup reconnaissent le Christ à la fraction du pain et l'adorent dans le Saint Sacrement.

Tout cela est bon et nécessaire, mais largement insuffisant. Ce ne sont pas encore des signes du Royaume de Dieu. Cela peut même constituer un mirage, un alibi ou une vaine sécurité et une illusion, si l'on voit d'un mauvais œil un Christ anonyme, solidaire des pauvres et des affamés, des exclus et des opprimés. Ou encore, si on reste aveugle aux signes de croissance du Royaume de Dieu, qui se manifestent un peu partout, grâce aux artisans de justice et de paix, aux promoteurs de la non-violence, du pardon et de la réconciliation. Un Christ, présent et à l'œuvre dans toutes les solidarités, dans le sang versé par tant d'hommes et de femmes, parce qu'ils réclamaient respect et justice pour les exploités, et manifestaient un amour préférentiel pour les plus nécessiteux. "L'amour des autres apparaît", témoignait une vedette lors d'une émission de solidarité à la télévision. C'est là un signe indiscutable du Royaume de Dieu.

Vous avez entendu les paroles du Christ, celles d'Isaïe et du psaume, qui expriment cette vision du Royaume. Jean Paul II avait repris le même message pour les hommes et les femmes de notre temps. C'était le 13 mai 1981, le jour où il fut victime d'une tentative d'assassinat. A l'heure même où il se préparait à faire un discours sur la place Saint-Pierre : "Par vocation, l'Eglise est la mère des opprimés et des laissés-pour-compte, la mère des faibles, ce qui justifie son intervention dans les questions sociales, qui sont l'engagement pour la justice. Ce type d'intervention, ajoutait Jean Paul II, fait partie de son rôle prophétique et a des liens directs (et non pas indirects) avec sa fin religieuse et surnaturelle".

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

 1925 - 2008