Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/05/2014

homélie du 5e dimanche de Pâques A

Homélie du 5e dimanche de Pâques, A

Ac 6, 1-7 ; 1 P 2, 4-9 ; Jn 14, 1-12

Si vous cherchez dans l'annuaire officiel des téléphones, celui des CCP ou des ASBL, un groupe dénommé "Les adeptes de la voie", vous ne le trouverez pas. Même sur Internet, je n'ai trouvé que l'Adepte de la Voie du Saphir et la Voie du Phénix… Il est vrai qu'il peut exister sous une autre étiquette. On peut d'ailleurs faire partie des adeptes de la Voie sans le savoir.

Après la mort de Jésus, ses nouveaux disciples se sont appelés précisément les adeptes de la Voie, tout simplement parce qu'il s'était présenté lui-même comme étant la Voie, le Chemin... Il n'est pas seulement un nouveau guide, ni même une nouvelle manière de marcher, mais la route elle-même. En somme, Jésus prend la place occupée dans la Bible par la Loi. Celle des Dix Paroles de vérité et de vie, taillées dans la pierre. Les dix commandements. Avec Jésus, cette Parole de Dieu devient quelqu'un, la Parole incarnée. Une parole qui ne change pas, qui doit être proclamée pour être traduite et pratiquée dans une vie quotidienne qui, elle, ne cesse d'évoluer et de changer.

La première lecture nous apprend ainsi que les apôtres sont bien au service de la Parole. Ils ne peuvent pas la délaisser. Cependant, ils cumulent toutes les responsabilités et tous les services de la communauté, y compris les activités sociales. Mais la communauté va grandir, la situation se complique et les problèmes se multiplient. Il faudra donc en même temps agir en conformité avec l'esprit de l'Evangile et s'adapter à une situation tout à fait nouvelle. Autrement dit, il faut régulièrement réformer et innover pour rester fidèle.

Ce qui compte, c'est l'objectif à atteindre, quitte à modifier les méthodes et les moyens en fonction des problèmes et des époques. C'est pourquoi, par exemple, le Concile a rappelé que "l'Esprit Saint pousse l'Eglise à se renouveler, à se rajeunir, à se mettre à jour. C'est lui qui inspire les innovations indispensables pour qu'elle assure fidèlement ses priorités et ses missions".

La lettre de Pierre, elle aussi, a inspiré le Concile pour rendre à l'Eglise son véritable nom de "peuple de Dieu", et même "peuple de prêtres". Quant aux baptisés, ils sont des "pierres spirituelles", parce que taillées, façonnées par la Parole du Seigneur. Jadis, le Temple, bâti avec des pierres, permettait aux croyants de se rassembler pour entrer en communion avec Dieu par le culte et l'offrande des sacrifices d'animaux ou de produits de la terre. Maintenant, c'est l'espace de l'humanité tout entier qui est le vrai Temple. La pierre de fondation, c'est le Christ, dira S. Matthieu. La pierre sur laquelle chacun doit bâtir sa vie par la foi. Voilà pourquoi les chrétiens sont des pierres vivantes, intégrées à la construction du temple spirituel qui est l'Eglise.

Désormais cependant, il ne suffit plus d'accomplir des rites extérieurs, d'offrir des sacrifices d'animaux. Les vrais sacrifices sont spirituels. Ils s'expriment en offrande d'amour, en service des frères et sœurs en humanité. "J'étais un étranger, et vous m'avez recueilli. Nu et vous m'avez vêtu. Affamé et vous m'avez nourri" (Mt 25, 35). Voilà le vrai culte en esprit et en vérité… Et Dieu sait si les nus et les affamés sont légion, sans être étrangers pour autant.

Ainsi, le Chemin n'est pas simplement une religion, une mise en forme de textes de lois et de règlements, puisque Jésus nous dit que la loi c'est lui. Nous ne pouvons pas non plus posséder la vérité tout entière. Elle n'a pas de propriétaire, puisque Jésus nous dit qu'il est lui-même la vérité. La vérité n'est donc pas un système abstrait, ni un objet de connaissance qu'il suffit d'étudier, de retenir et de conserver. Elle n'est pas un ensemble de vérités à croire, ni une panoplie de dogmes. C'est essentiellement quelqu'un, qui est toujours à chercher, à découvrir, à rencontrer, à mieux connaître, à faire connaître. Plus fort encore, connaître Jésus, c'est déjà connaître le Père. C'est même déjà le voir, car les œuvres de Jésus sont les siennes. Et nous pouvons le voir aussi et le reconnaître à l'œuvre dans tous ceux et celles qui luttent contre les forces de mort, de haine et d'injustice, dans tous ceux et celles qui se font fraternellement proches de tous les blessés et les abîmés de notre société. C'est dans ces œuvres là qu'il est toujours vivant et agissant, reconnaissable.

Il ne suffit donc pas de chanter "bonne nouvelle pour les pauvres", ni de rompre le pain eucharistique. C'est à nous tous et à chacun d'entre nous d'être concrètement une Bonne Nouvelle pour les pauvres et les opprimés, en partageant "notre pain" avec eux.

Pour vivre nous-mêmes la résurrection, la proclamer et en témoigner, il s'agit donc de "faire mourir en soi tout égoïsme, tout désir de possession, toute envie de domination, toute violence". Et, dans le même mouvement "faire naître et vivre en soi le pardon, le partage, l'amour donné, l'espérance, la joie et la vie". Voilà le portrait robot d'un être nouveau, c'est-à-dire d'un(e) ressuscité(e).

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

   1925 - 2008