Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/02/2017

Homélie du 6e dimanche ordinaire A

Homélie du 6e dimanche ordinaire A

Si 15, 15-20 ; 1 Co 2, 6-10 ; Mt 5, 17-37

Quand il y a de la pagaille dans un groupe ou dans la société, il y a des risques de dérives, de laisser-aller, de laisser-faire. L'un des premiers réflexes de sécurité c'est de vouloir rétablir l'ordre. Par les menaces ou la persuasion. Il s'agira en priorité d'en revenir aux règles et principes de base. Aux dix commandements, dirions-nous en langage biblique. C'est ce que nous pouvons constater dans les trois situations évoquées ce dimanche.

 La première se situe près de deux siècles avant Jésus Christ. Le très religieux professeur de sagesse à Jérusalem, Jésus Ben Sirac, est inquiet de voir ses contemporains, surtout les jeunes, s'enticher des nouvelles idées venues de Grèce où fleurissent les religions, sagesses et sectes païennes. Conséquence : les commandements de Dieu sont de plus en plus négligés et les multiples réglementations de la loi de Moïse mises au rancart. Ben Sirac va réagir en publiant un ouvrage de foi et d'expérience, pour montrer combien la sagesse biblique est supérieure à toutes les soi-disant sagesses à la mode.

Paul, un demi-siècle après Jésus, est bien conscient que les jeunes communautés sont confrontées aux cultes païens, au supermarché des sectes et aux sagesses venues d'Orient. Mais aussi à des tensions intérieures. Une partie des baptisés vient du judaïsme et une autre partie des religions païennes et des philosophies laïques. Ce qui provoque des discussions intellectuelles sans fin, au risque d'en oublier le trésor de sagesse qu'est l'Evangile. Il vaudrait mieux vous comporter comme des adultes dans la foi, leur écrit Paul. Laissez-vous former et recycler pour faire travailler votre foi et votre raison. C'est indispensable afin de mieux saisir les richesses de la sagesse évangélique et en vivre. Retour aux sources !

Matthieu, lui aussi, est confronté à des communautés où les judaïsants majoritaires veulent imposer les traditions de leur enfance aux baptisés venus du paganisme et minoritaires. Pour les premiers, il s'agit de respecter à la lettre toutes les prescriptions de la loi de Moïse, et même de la manière qui leur a été enseignée par les scribes et les pharisiens qui, eux, avaient fait de la loi un code figé, constitué de règles intangibles, définitives et donc irréformables.

Dans les trois cas, il s'agit, pour le prophète et les disciples, d'en revenir aux sources de la loi, à son auteur, et plus précisément à l'esprit et donc à l'intention de celui qui a inspiré les dix commandements.

Au mot de "commandement", on a peut-être envie de se mettre au garde à vous. Mais les commandements de Dieu ne sont pas du tout de type militaire. Même si, dans l'Eglise, l'armée a été plus d'une fois citée en exemple. Un modèle qui n'est vraiment pas celui choisi par le Christ. L'histoire nous apprend ainsi que le quatrième pape, St. Clément, a pris l'armée romaine comme modèle. C'est même à la communauté de Corinthe qu'il écrivait avec enthousiasme : "Considérons les soldats qui servent sous vos chefs : quelle discipline, quelle docilité, quelle soumission pour exécuter les ordres !". Et il clôturait sa missive par un très pieux mais ferme commandement : "Dressons nos femmes au bien !".

Dans la Bible, les commandements proclamés par Moïse sont surtout appelés "les dix paroles d'amour", car c'est dans une perspective d'amour que la loi a été promulguée. "Soyez saints, car moi le Seigneur votre Dieu je suis saint" (Lév. 35 et 19, 2). Tout comme Jésus dira : "Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait" (Mt 5, 48).

Cependant, ces grands principes de base doivent nécessairement se monnayer, s'expliquer et donc s'interpréter, pour pouvoir être traduits et incarnés dans les situations concrètes de la vie quotidienne. C'est là que s'opposent la lettre et l'esprit. Ainsi, le légalisme ne voit que l'énoncé matériel de la loi et méconnaît l'intention de Dieu, auteur de la loi. Ce qui conduit à une justice et à une conduite purement légales et extérieures, formalistes. Et finalement à une mentalité à œillères.

C'est pourquoi Jésus va critiquer radicalement, non pas la loi de Moïse, mais l'interprétation étroite, rigide et définitive qu'en donnaient les scribes et les pharisiens. Une loi surchargée d'une quantité de préceptes, provenant souvent de traditions qu'ils décrétaient eux-mêmes. Tandis que Jésus, lui, est venu accomplir la loi à la perfection, en conformité à l'Esprit. Il s'agit d'un retour aux sources, un retour à l'esprit, comme l'avaient déjà fait des prophètes avant lui.

Ainsi, Ben Sirac le sage disait déjà à ses contemporains : C'est très bien de venir au Temple pour offrir des sacrifices, ils sont utiles et même nécessaires. C'est d'ailleurs la loi. Mais si l'agneau, la colombe ou le taureau que tu sacrifies sur l'autel est pris sur les biens des pauvres, par exemple, c'est exactement comme si tu immolais un fils sous les yeux de son père."

L'exemple semblable donné par Jésus sur le même thème est, lui aussi, très exigeant. Ainsi, dirions-nous aujourd'hui, c'est très bien de venir à la messe pour accomplir son devoir dominical, réciter le Notre Père et sa demande de pardon, communier à la Parole, au Corps et au Sang du Christ. Mais si, te souvenant que quelqu'un a quelque chose contre toi, tu ne commences pas par te réconcilier, au moins dans ton cœur, avec celui ou celle qui est coupable envers toi, tu n'auras pas accompli l'esprit de la loi, mais seulement la lettre d'une pratique purement extérieure. Il manque en effet l'essentiel, c'est-à-dire un désir, une volonté de pardonner.

Voici un beau thème de méditation.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

1925 - 2008

Les commentaires sont fermés.