Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/02/2010

Homélie du 6e dimanche ordinaire C

Homélie du 6e dimanche ordinaire C

Jr 17, 5-8 ; 1 Co 15, 12-16, 20 ; Lc 6, 17. 20-26

Vous connaissez sans doute l'énorme succès des jeux télévisés, dont les vainqueurs peuvent gagner des millions. Une vraie béatitude. A croire que le bonheur s'achète. Mais au fond de nous-mêmes, nous savons qu'il n'en est rien.

Une émission de télévision sur le thème " Heureux, vous qui êtes pauvres, le Royaume de Dieu est à vous ", n'aurait sans doute pas le même succès. Il est vrai qu'un avenir d'abondance, de réussite et de plaisirs gratuits, est plus mobilisateur que le Royaume de Dieu. Mais ce Royaume de Dieu dès ici-bas, n'est pas un lieu particulier, tel un paradis terrestre. Il s'agit plutôt d'une situation, d'un état, de vraie liberté et de pleine ouverture. Etre libéré de l'esprit d'orgueil et de suffisance. Ne plus être recroquevillé sur soi-même, reconnaître ses limites et ses faiblesses, et donc aussi ses pauvretés. C'est ainsi que l'on acquiert la pauvreté du cœur, qui est une véritable richesse pour l'esprit.

Mais rares, semble-t-il, ceux et celles qui s'abreuvent à la meilleure source. D'instinct, on lorgne vers la puissance, la richesse, les influences, les relations : l'Avoir et le Pouvoir. Alors même qu'il faut chercher ailleurs des appuis et des sécurités, rappelaient déjà les prophètes du premier Testament. Tout comme il est vrai que l'appétit, puis la boulimie d'argent dans la course au bonheur, devient vite violence, détournement et crime. Je songe au commerce de la drogue, celui des armes, les hold-up sanglants, les détournements de l'argent public, et jusqu'au trafic des êtres humains à petite et grande échelle. Mais, sans aller jusqu'à ces extrêmes, nous cherchons trop souvent du mauvais côté.

C'était déjà vrai au temps du prophète Jérémie. Il vit à une époque d'idolâtrie, de corruption et d'aveuglement politique. Les dix paroles de sagesse, les dix commandements, deviennent gênants et l'on s'efforce de les oublier. Commentaire de Jérémie : "Le peuple a abandonné la source vive qu'est le Seigneur, pour se creuser des citernes craquelées, qui ne tiennent pas l'eau" (Jr 2, 13). Or, c'est précisément en se laissant éclairer et guider par cette Loi que l'on peut aboutir à une vie plénière. En effet, loin d'empêcher de vivre heureux, elle est un précieux allié. Les chemins qu'elle indique sont les plus sûrs. La sagesse qu'elle inspire produit la meilleure qualité de vie, la meilleure façon de vivre heureux. Ce qui implique des choix. Notamment, celui de renoncer aux idoles de l'or, du pouvoir, du plaisir à tout prix. L'abondance ne crée pas le bonheur.

L'Evangile est bien une Bonne Nouvelle. Non seulement, il nous invite au bonheur, mais il nous en fait découvrir les vraies sources. En toute vérité et simplicité, sans utiliser les appâts de la publicité, qui embellit jusqu'au mensonge. Vivre les Béatitudes, c'est donc une manière d'être, évangélique. Ce qui n'a rien à voir avec un certain mépris des biens de la terre ni l'exaltation romantique, ou quelque peu fanatique, de la misère ou de la mendicité. De toute manière, une expérience séculaire le prouve, la pauvreté matérielle, même volontaire, ne conduit pas nécessairement à la pauvreté spirituelle. C'est même parfois le contraire. Par contre, ne pas se soucier que de ses intérêts personnels, se vouloir plus solidaire des éprouvés, lutter pour plus de justice, c'est déjà faire œuvre de pauvreté spirituelle.

Un siècle avant François d'Assise, un des Pères de l'Eglise enseignait que la vraie pauvreté de l'esprit, qui donne le bonheur, est plus dans l'humilité du cœur que dans la restriction des biens domestiques. Elle consiste plus à se défaire de son orgueil qu'à mépriser la fortune matérielle. On possède quelquefois sa fortune d'une manière utile, disait-il. Il est même sot et ridicule de se dépouiller de ses richesses et de s'enfoncer dans les défauts des riches. Sa conclusion : "Rien n'est même plus détestable qu'un pauvre orgueilleux".

De toute façon, que l'on soit riche ou pauvre matériellement, personne n'échappe à la pauvreté d'une santé devenue précaire, ni à celle du vieillissement. Autant d'occasions, et d'autres encore, de vivre l'humilité et la solidarité spirituelle avec la foule immense de tous les appauvris et éprouvés de ce monde.

Pour conclure, une question : Connaissez-vous "Les théories du parachute" ? (1) C'est un livre de François Desplats, journaliste de télévision et de radio, marié, père de quatre enfants, qui pendant plus de quatre ans s'est battu contre un cancer révélé brutalement. Il a raconté son combat. C'est la foi chrétienne de cet amoureux de la mer qui lui a permis "d'affronter le gros temps de sa dernière épreuve". Durant cette ultime étape, il a même rêvé de réaliser un film dont le sujet serait… devinez… : "Les Béatitudes" : "Je veux dire merci à Dieu, car je sais que même si la mer se déchaîne, il n'est pas prêt de me lâcher la main".

  1. Ed. Anne Carrière

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

1925 - 2008

Les commentaires sont fermés.