Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/12/2015

Homélie fête de la Sainte Famille, C

Homélie fête de la Sainte Famille, C

1 S 1, 20-22, 24-28 ; 1 Jn 3, 1-2, 21-24 ; Lc 2, 41-52

Il y a la "Sainte Famille" selon l'Evangile et celle selon l'imagerie de Saint-Sulpice. Deux mondes qui n'ont pas grand-chose de commun. La première est entourée de simplicité et de discrétion, présentée aussi avec un tel réalisme que notre goût du merveilleux en est étonné sinon blessé. Les images, elles, sont tout miel et couleurs pastels, têtes penchées et regards langoureux, fruits d'une piété par trop sentimentale qui nous éloigne considérablement des textes fondateurs. L'évangile de l'enfance, en effet, n'est pas un recueil d'histoires destiné à nous émouvoir, mais relation d'événements du salut à travers lesquels se révèlent la personne et la personnalité de Jésus.

La première description des évangélistes n'est certainement pas idéalisée, mais au contraire, très réaliste et à première vue surprenante. Jésus quitte ses parents sans permission ni explication. Joseph et Marie le cherchent et se rongent pendant trois jours. Au moment des retrouvailles, on assiste à un échange de reproches mutuels : Tu nous a fait souffrir… Pourquoi me cherchiez-vous ? Je dois aussi être chez mon Père, vous devriez le savoir ! Un dialogue de sourds qui se termine par un nouveau découragement : Marie et Joseph ne comprirent pas ce que leur fils leur disait.

La famille que l'Evangile nous propose comme sainte et comme modèle a connu les inévitables crises de croissance, le conflit des générations et les tensions qui naissent de la divergence des points de vue.

La famille évangélique d'hier ou d'aujourd'hui n'est donc pas celle qui ignore les problèmes ni celle qui rêve d'y échapper. Elle ne dépend pas non plus essentiellement des structures. Ce n'est pas la famille juive et rurale d'il y a deux mille ans qui nous est proposée comme modèle pour tous les temps, toutes les cultures, toutes les civilisations.

L'Evangile nous ramène sans cesse à l'essentiel… Nous sommes créés à l'image et à la ressemblance de Dieu, donc sociables puisque Dieu se définit comme échange, relation, dialogue d'amour. Il est Trinité. Unité dans la diversité. Egalité dans la différence.

Ces lois de la dynamique divine, il nous faut les créer, les vivre et les développer au cœur même de toutes nos relations humaines : famille selon la chair ou famille selon l'esprit. Le foyer et l'Eglise. La famille a plusieurs dimensions qui se complètent et s'enrichissent. Un cœur extensible qui repousse sans cesse les frontières de la chair et du sang. Tout amour, et donc toute famille ou toute communauté, réussit dans la mesure même où ils sont expérience de la vie de Dieu -Trinité.

Ce qui veut dire que les relations au sein de la famille, qu'elles soient conjugales, parentales ou filiales, ne peuvent se transformer ni en prison ni en couveuse. Dans les deux cas, il s'agirait d'un amour - possession qui est en réalité une possession sans amour, une sorte de gourmandise qui réduit l'autre en un objet à usage personnel.

L'amour est éducateur, il fait grandir, s'épanouir. Il est don et accueil. Il vit d'influences réciproques. Il crée la liberté, la reconnaît et la respecte.

Aimer, c'est éduquer. Eduquer c'est créer, c'est faire l'autre, c'est-à-dire l'initier à la conduite de sa propre vie, à la réussite de son existence. Et c'est en même temps renoncer à faire de lui une image fidèle de nous-même. Il faut apprendre à l'autre et même l'aider à percevoir les appels venus de Dieu ou des appels venus du monde, pour qu'il soit capable d'y répondre… Devenu adolescent, Jésus se fait éducateur de la foi de ses parents.

De la "fugue" de Jésus et de sa présence "au milieu des docteurs de la Loi", des recherches entreprises par ses parents blessés de souffrance et leur stupéfaction de le trouver au Temple, nous pouvons trouver lumière et chemin pour aujourd'hui. Et il en est de même pour ce manque de foi que Jésus reproche à Marie et Joseph qui, malgré les explications qu'il leur donne, "ne comprirent pas ce qu'il leur disait".

"Apprenez donc, disait Origène, où l'ont découvert ceux qui le cherchaient, afin que vous aussi en le cherchant, avec Marie et Joseph, vous puissiez le découvrir.(…) C'est à force de le chercher qu'ils l'ont trouvé, et pas n'importe où. (…) Vous aussi, cherchez Jésus dans le Temple de Dieu, cherchez-le dans l'Eglise, cherchez-le auprès des maîtres qui sont dans le Temple. (…) Si vous cherchez ainsi, vous le trouverez." Mais le chercher, le trouver, l'écouter et le suivre dans son cheminement d'homme, pour que nous puissions être adultes dans notre foi.

C'est dans cette même perspective que le pape Paul VI, en pèlerinage à Nazareth, priait en ces termes : "Enseigne-nous le recueillement, l'intériorité, la disposition à écouter les bonnes inspirations et les paroles des vrais maîtres ; enseigne-nous le besoin et la valeur des préparations, de l'étude, de la méditation, de la vie personnelle et intérieure, de la prière que Dieu seul voit dans le secret"…

C'est tout un programme pour toutes les familles. Un programme aussi pour la communauté chrétienne. Des vœux et des projets pour l'année nouvelle.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

1925 - 2008

Commentaires

Jésus est la Parole de Dieu, le Verbe incarné.

Pour le découvrir...présent dans notre vie personnelle...dans la vie communautaire...il faut le prier de se révéler...il faut être à l'écoute de ce qu'Il a à nous apprendre.

Écrit par : rita rousseau | 01/01/2010

Les commentaires sont fermés.