Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

03/06/2014

Dimanche de la Pentecôte, A

Homélie du dimanche de la Pentecôte, A

Ac 2, 1-11 ; 1 Co 12, 3b-7, 12-13 ; Jn 20, 19-23

Il y a des paroles ou des événements qui nous coupent bras et jambes et nous laissent même parfois le cœur déchiré. Et cependant, nous n'en continuons pas moins à vivre, à marcher, à nous servir de nos mains… Nous utilisons, en effet, très souvent un langage symbolique. Ainsi, si je vous dis que j'ai le cœur déchiré, personne ne va se précipiter pour m'offrir un pansement de secours, appeler un médecin ou une ambulance. Tout le monde, en effet, aura compris, même si l'on ne peut découvrir la nature exacte du choc ou la cause de la blessure. Et si le langage est symbolique, l'épreuve n'en est pas moins réelle et la souffrance aussi. Ce qui veut dire que le langage symbolique nous révèle des vérités profondes qui vont bien au-delà des réalités matérielles perceptibles. Il conduit au cœur des choses et il n'est pas meilleur langage pour exprimer quelque peu le mystère de Dieu. Le symbole est, pour la Bible, "la chair même de son langage".

Un ancien commentaire juif de l'Exode soutenait qu'au Sinaï, quand Dieu a donné la Loi à Moïse, la voix de Yahwé s'était divisée en 70 langues, pour que toutes les nations puissent comprendre la Loi. Et pourquoi 70 ? Parce que, après le déluge, les descendants de Noé sont à l'origine de la répartition de 70 nations sur la terre, semble dire la Genèse, chapitre 10. Encore faut-il savoir que 7 est le chiffre de la série parfaite.

Et un autre commentateur juif ajoute que la voix de Dieu se serait transformée en feu, sous forme de flamme, correspondant aux dialectes des auditeurs. En clair, la Parole de Dieu, exprimée dans la Loi, s'adresse à tous les humains, de toutes les races, langues et nations. Et ils la reçoivent, exprimée, incarnée dans la diversité des cultures.

Or, la fête anniversaire du don de la Loi au Sinaï, c'est la Pentecôte. On ne s'étonnera donc pas de voir, dans les Actes, Luc reprenant les mêmes symboles. Par contre, Jean, dans son évangile, pas du tout. Il n'y a chez lui ni vent impétueux, ni feu qui se partage en langues. Et cela se passe un autre jour.

Le message est cependant le même : Jésus fait participer les siens à l'Esprit qui l'anime lui-même. Il fait de ses apôtres, femmes et hommes, des envoyés chargés de poursuivre sa mission et d'annoncer la Bonne Nouvelle. "Faites comme moi et dans le même Esprit". Non pas dans une langue unique, mais avec un message que chaque race, langue et nation, puisse accueillir, comprendre et exprimer dans sa propre culture. Ce que nous appelons aujourd'hui l'inculturation. La Pentecôte est ainsi la fête de l'unité dans la diversité.

Comme nous l'indique également Paul, l'Esprit fait respecter la diversité des cultures, des fonctions et des dons. Il en fait les matériaux et les instruments de l'unité d'un corps et non pas des facteurs d'opposition et de division.

Mais comment reconnaître les manifestations et expériences de l'Esprit ? Dans l'Ecriture, il est présenté comme souffle et comme vie, comme souffle de Dieu. Esprit de vie, feu de l'amour. L'Esprit transforme, transfigure, procure des énergies et des dons. Il choque, il pénètre, il inspire, il enivre, il donne la vie et procure la chaleur de l'amour.

L'évêque Jean, un mystique orthodoxe, mort en 1970, estimait que la meilleure image du Saint Esprit était celle de la fission atomique. Il faut, pour cela, qu'un noyau d'atome lourd subisse un bombardement de neutrons. D'où un choc, une pénétration, la fission du noyau qui libère des neutrons, mais surtout une énorme quantité d'énergie. Telle est, pourrait-on dire, l'action de l'Esprit.

L'expérience spirituelle de Jérémie le confirme : "La Parole de Dieu était dans mon cœur comme un feu dévorant, enfermé dans mes os. Je m'épuisais à le contenir. Mais je ne l'ai pas pu." Dès lors, il s'est mis à prêcher, à oser, à dénoncer, à prendre des risques. Il ne s'agit donc pas de sentir un courant d'air, ni d'entendre des roulements de tonnerre, ou de voir des langues de feu tomber du ciel ou du plafond.

Et cependant, l'Esprit vient comme un souffle, un vent violent. Il ne renverse pas des tables, des chaises ou des corps, mais les barrières de l'égoïsme, de l'individualisme et des nationalismes, le carcan des étroitesses, les chaînes de l'uniformité, les aveuglements de la lettre. Il est un dynamisme, une inspiration qui donne, entre autres choses, le goût de l'engagement et des responsabilités, de la solidarité et du partage.

De chrétiens habitués, anémiques, peureux ou essoufflés, il fait des chrétiens "gonflés". C'est ce que disait un jour un ministre de la Confirmation à chaque confirmand : "Sois un chrétien plein de punch, un chrétien gonflé du souffle créateur de l'Esprit Saint". D'où, cette réponse d'un jeune : 'L'Esprit Saint sera le turbo de ma foi. Je veux être confirmé pour que l'Eglise reste jeune".

Il s'agit donc d'une expérience spirituelle et intérieure, dont on voit les effets dans le comportement de ceux et celles qui la vivent. Ils deviennent alors des témoins de l'amour de Dieu très concret pour tout être humain, spécialement les plus faibles. Ces témoins sont légions. Ils sont souvent de petites flammes "qui brillent dans la désespérance des banlieues, au milieu de la souffrance des chambres d'hôpitaux, ou dans les bas-fonds des villes", dans la solitude et la misère des taudis.

Aux baptisés et confirmés que nous sommes, Dieu nous dit aujourd'hui : Qu'as-tu fait de mon Esprit ? N'es-tu pas un chrétien essoufflé ? Nous voici invités à reprendre souffle, à raviver le don de l'Esprit Saint. Mais comment ? En faisant de notre cœur et de notre esprit une coupe en attente de recevoir Dieu, disait l'évêque Jean. Et quant on l'attend vraiment, il vient comme un souffle.

Alors, des vies sont transformées, l'appétit vient pour la Parole de Dieu, on voit éclore un nouvel amour de la prière, une nouvelle générosité au service des autres, une redécouverte de la communauté chrétienne et de l'évangélisation. Se lève aussi un souci d'incarner la foi dans la vie quotidienne, de passer des connaissances et des doctrines aux initiatives et aux risques de l'amour et de la justice, du pardon et de la paix au quotidien.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

   1925 - 2008

Les commentaires sont fermés.