Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/11/2016

2e dimanche de l'Avent, A

Homélie du 2e dimanche de l'Avent, A

Is 11, 1-10 ; Rm 15, 4-9 ; Mt 3, 1-12

C'est entendu et bien décidé : nous fêterons Noël. Dinde et bûche, réunion de famille, messe de minuit ou du jour, si pas les deux. Il y aura des bougies et des chants : c'est normal. Un anniversaire, cela se fête, dans la joie, et si possible même dans l'abondance partagée. Noël est d'ailleurs un anniversaire exceptionnel, puisqu'il s'agit de la naissance de Jésus, prophète, se révélant homme et Dieu. Un Christ qui a bouleversé et conditionné le cours de l'histoire et de la nôtre.

Et cependant, cette fête, c'est un peu court, tronqué, à la limite même un peu hypocrite sur les bord. L'amour ne peut se contenter d'un dîner aux chandelles, même accompagné de champagne, de fleurs et de musique douce. Le Jésus, décédé il y a 2000 ans, applaudi à Noël, un feu d'artifice annuel.

L'anniversaire autour du sapin et de l'autel n'est pas seulement un pieux souvenir. Jésus est encore à venir et, en même temps, il est présent. Il est venu, il viendra, et il vient. S'il faut préparer la fête anniversaire, il faut aussi préparer sa venue à plus long terme, car il viendra dans sa gloire, comme frère et comme juge.

A court terme aussi, car il va et il vient au milieu de nous comme un inconnu. Nous le croisons, nous le rencontrons souvent en détournant la tête, parce que nous voyons mal, parce que nous avons peur.

Il nous faut toujours préparer sa venue, et comme Jean-Baptiste nous le précise : Convertissez-vous, rendez droits ses sentiers… Nous voici aujourd'hui comme sur les bords du Jourdain pour entendre le prophète parler de celui que nous attendons.

Or, que voyons-nous ? Les croyants les plus pieux, les plus stricts et les plus fidèles, les piliers d'Eglise, dirions-nous, les engagés, les responsables, les initiés, qui se font invectiver… Et pourtant, on les voit au Temple tous les huit jours et même durant la semaine. Ils se dépensent pour tout et partout, font jeûne le vendredi et même le mardi par dévotion et sécurité. Ils ne sont pas seulement des modèles de l'observance des préceptes et des rites, mais ils sont la Loi en chair et en os. Or, voici que ce prédicateur, qui sort d'on ne sait où, les traite de vipères. Des méchantes langues, des êtres dangereux et malfaisants.

Et pourquoi ? je vous le demande. Certainement pas parce qu'ils prient admirablement, ni parce qu'ils jeûnent courageusement et qu'ils obéissent à tous les règlements… Mais alors ? C'est qu'ils se croient arrivés et sauvés par leur piété et leurs bonnes œuvres. Des gens trop sûrs d'eux-mêmes. Tellement sûrs qu'ils en sont devenus hautains et méprisants. Ils sont venus, en définitive, pour recevoir confirmation de leur bonne conduite. Première erreur.

La seconde, c'est qu'ils ne portent pas de fruits. Ils sont stériles. Des masques de vivants cachant des visages morts. Effrayant et révoltant. Qui d'entre nous ne se sent pas visé ?

C'est d'ailleurs à nous tous que ce discours s'adresse, non comme une injure de jalousie, de vengeance ou de menace, mais comme un avertissement d'amour, un appel à retrouver la tendresse primitive, la conviction des premiers jours, la foi qui transporte les montagnes. C'est une gifle, soit, mais pour nous réveiller et nous apprendre à mieux vivre.

La Parole de Dieu est toujours tranchante, une épée qui nous pousse dans les reins, en avant. Elle n'est pas un ronron monotone du déjà entendu, que l'on peut écouter en baillant ou en regardant sa montre. Le rendez-vous donné n'est pas d'abord une cérémonie plus ou moins réussie, plus ou moins intéressante, où l'on passe par obligation. Et que l'on peut oublier dès que l'on sort.

Elle est ce rendez-vous avec le prophète qui nous invite, non pas une fois, mais mille fois, à faire volte-face, à rectifier constamment nos manières de penser et de voir, à revoir avec une autre lumière nos attitudes, nos conceptions de la vie et de la mort, de la joie et de la souffrance, de la pauvreté et de l'argent. C'est-à-dire changer notre manière de vivre. Les croyants ont à se convertir pour devenir disciples.

Si rien n'a changé d'ici Noël, le Christ nous renverra nos cadeaux et nos fleurs. Et il ne sera pas de la fête. Il nous laissera seuls, enlisés dans nos préjugés et nos scléroses, nos satisfactions d'enfants gâtés… Convertissez-vous… Convertissons-nous…

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

   1925 - 2008

Les commentaires sont fermés.