Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/09/2016

Homélies du 27e dimanche ordinaire C

 

 

 Deux homélies du 27e dimanche ordinaire C

Ha 1, 2-3 ; 2,2-4 ; 2 Tm 1, 6-8, 13-14 ; Lc 17, 5-10

Les domestiques sont devenus gens puis employés de maison… ils se font parfois rares et chers. Nous n'en sommes pas moins toujours préoccupés d'être vite et bien servis.

Dans sa première partie, la petite histoire que raconte Jésus reste d'actualité. Notre premier réflexe n'est pas de rendre service mais de nous faire servir.

L'esclavage, qui fut jadis légal, est désormais aboli. Il en reste cependant toujours des séquelles discrètes qui continuent leurs ravages sous des formes et apparences civilisées ou même accompagnées de mots d'amour.

En prêchant la priorité au service, Jésus allait à contre-courant des mœurs de son époque, des habitudes et des tentations de toujours. La Bonne Nouvelle est radicale transformation du monde. Dans le royaume inauguré en Jésus Christ, le vrai maître descend de son piédestal et se fait serviteur. Il ne collectionne pas les privilèges mais se fait tout à tous. Il ne tire pas gloire et puissance de son autorité. Il en fait une mission de service.

Même la foi est une puissance et une contagion de service. Elle n'est pas privilège qui monte à la tête, ni orgueilleuse supériorité ou force dominatrice et oppressive. Elle n'est pas non plus récompense de nos mérites, aboutissement de nos efforts. La foi est don gratuit, trésor à partager, Bonne Nouvelle d'un autre à transmettre et à proclamer.

A tous ceux (et celles) qui détiennent un pouvoir, si modeste et limité soit-il (et qui n'en a pas ?), il faut rappeler l'avertissement de Jésus : "Vous êtes des serviteurs quelconques"… La remarque vaut aussi pour tous ceux et celles qui se réclament du Christ, lui qui est venu pour servir et non pas pour être servi. L'Evangile nous met ici en garde contre toute obsession des mérites, tout appétit de récompense et contre la tentation du commerce qui est acquisition contre paiement, valeur contre valeur.

Dieu, en effet, ne nous aime pas selon nos mérites, ni en fonction de nos vertus. Il nous aime vraiment tel que nous sommes, rappelait Mgr Danneels en commentant la parabole du serviteur de la onzième heure : "Dieu ne calcule pas, il aime." Il respecte la justice, mais il y a plus que la justice.

Dieu n'a de dette envers personne. Il ne distribue pas de salaire ni de pourboire. Même la loi bien respectée ne donne droit à aucune récompense. Au royaume de la gratuité, les contrats n'ont pas cours. Les serviteurs les plus zélés, les disciples les plus fidèles, et même ceux qui ont tout quitté pour suivre Jésus ne sont que des serviteurs quelconques ou même "inutiles". Quelconques, mais aimés. Inutiles et en même temps uniques et irremplaçables. Une leçon de vérité et d'humilité.

Il y a toujours danger pour l'être humain d'imaginer qu'il peut croire et gagner son paradis à la force du poignet, à coup de volonté, au point de pouvoir en tirer gloire devant Dieu et devant l'humanité.

Il est cependant une autre tentation, celle de la crainte et du découragement, la conscience de son impuissance et l'inutilité de nos efforts et de nos combats. Un autre extrême aussi pernicieux que le premier.

Le don gratuit de la foi doit rencontrer notre participation, s'intégrer dans un mouvement, un accueil, une conviction, une collaboration. Sans Dieu nous ne pouvons rien faire, et cependant Dieu a besoin de nous. La foi fait des miracles, mais nous pouvons paralyser sa puissance ou augmenter son efficacité.

L'annonce de la Bonne Nouvelle, le miracle des conversions, l'instauration et la croissance du royaume dépendent en fait d'une intime collaboration, d'une intense communion entre Dieu et nous, le maître et les disciples… Fiers d'appartenir à l'équipe du nouveau prophète, enthousiasmés par les merveilles vues et entendues, les apôtres se sont sentis capables "d'en faire autant". Il n'aura pas fallu longtemps pour que l'échec leur fasse percevoir la fragilité et l'impuissance de leurs ambitions et de leur force humaine… La foi est participation à l'amour créateur, à la toute puissance de Dieu. C'est la force d'un autre qu'il nous faut accueillir et mettre en action.

Seigneur, augmente en nous la foi ! Encore faut-il ne pas nous tromper sur le type de puissance et le genre de miracle qui sont ceux de la foi… Jésus n'a pas arrêté les guerres ni supprimé la sécheresse. Il a laissé les déserts arides et n'a pas fait pleuvoir des pièces d'or parmi les pauvres. Il n'a pas mis fin au fléau de la lèpre ni suspendu le bras de son bourreau. C'est d'abord dans le cœur et l'esprit que la foi exerce son influence au niveau des racines qui nourrissent le royaume de Dieu en croissance. Les grands arbres qu'elle déracine et jette à la mer comme une plume au vent ne s'appellent ni sycomore ni cèdre du Liban, mais bien orgueil et esprit de vengeance, avarice et refus de pardon.

La graine de moutarde a l'insignifiance de quelques mots glanés dans l'Evangile, la discrétion d'un sourire, d'un geste d'amour, d'une parole de réconciliation… Peu de chose en somme, mais riche de la puissance même de Dieu, capable de transformer l'humanité… Des semences qui font germer un monde meilleur.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

1925 - 2008

Homélie du 27e dimanche ordinaire C

 Ha, 2-3 ; 2,2-4 ; 2 Tm 6-8, 13-14 ; c 17, 5-10

(Prononcée en 1995 en la cathédrale des SS. Michel et Gudule (Bruxelles), pour la reprise des messes festives, dites des Artistes. Thème : "Dans les parvis de la maison du Père". Les événements cités sont de cette époque)

Hier soir, sur toutes les chaînes de télévision, des présentateurs-vedettes ont annoncé les dernières nouvelles, parmi lesquelles, comme très souvent, de mauvaises nouvelles. "Le bonheur se vend mal", disait le commissaire Navarro. Ouvrons la Bible, ce n'est pas mieux. N'avez-vous pas remarqué que Monsieur Habacuc, "menthe aquatique" pour les intimes, et présentateur-vedette de l'émission biblique dans la liturgie de ce jour, est exactement du même tonneau. Son journal parlé, daté de six siècles avant Jésus-Christ est resté parfaitement actuel : "Pillages et violences, disputes et discordes se déchaînent". C'est l'abomination. Et Dieu semble sourd et impuissant. Il en est même qui le soupçonnent de complicité, puisqu'il semble rester insensible aux cris et aux prières de ceux qui l'appellent au secours.

Ouvrons le "Journal intime" de Jérémie, le prophète. Il n'est guère plus optimiste : "Si je sors dans la campagne, voici les victimes du glaive. Si j'entre dans la ville, voici les souffrances de la faim. Même le prophète, même le prêtre, qui parcourent le pays, ne comprennent pas. Nous espérions la paix et il n'arrive rien de bon. Nous attendions le temps du remède, et voici l'épouvante" (Jr 14).

Nos journaux écrits, parlés ou télévisés reproduisent aujourd'hui une version identique, dans un autre cadre et avec de nouveaux acteurs. Un véritable remake. En ex-Yougoslavie et en d'autres lieux, voyez l'immense cortège des victimes de la haine et des violences, de la famine et des injustices.

Avouez que ce tableau est bien triste pour ouvrir et célébrer la nouvelle année des messes festives. Une année à marquer d'un caillou blanc, puisqu'elle nous permettra de fêter le 25e anniversaire de la messe annuelle des artistes, en la fête du Christ, Roi de l'Univers.

Mais tout cela serait-il incompatible ? "Comment en effet parler de la Beauté, disait l'abbé Michiels, dans un monde en proie à la laideur qui est une forme de révolte et de destruction". Et l'on pourrait en dire autant pour le bon et pour le vrai.

Et bien oui, tout cela est compatible, et même inséparable. Il faut d'abord apprendre à mieux regarder. Si le monde nous apparaît comme un océan de misère, il est aussi le royaume de toutes les merveilles. Même au milieu des charniers il y a des parterres de lys et des bouquets de roses. Les uns démolissent, d'autres construisent. Certains détruisent la vie, d'autres la donnent et la protègent. Et le mal au quotidien croise sans cesse le dévouement et la sainteté ordinaires d'un grand nombre.

C'est pourquoi chaque église, et la première d'entre elles, la cathédrale, sont précisément, comme l'a écrit Marcel Lobet, "le carrefour des rencontres du visible et de l'Invisible, de l'inquiétude humaine et de la paix divine". Le rendez-vous aussi du péché et de la grâce, pourrait-on ajouter.

Nous sommes ici dans les parvis de notre Dieu. Non pour oublier les soucis et les drames de l'existence, mais pour nous permettre de regarder au-delà. Passer du désarroi et de l'étonnement douloureux, à l'espérance et jusqu'à l'admiration, pour aboutir à la louange et à l'action de grâce. La liturgie, voyez-vous, "prend le monde à pleines mains" (1). Elle rassemble un peuple avec ses peines et son espérance, sa foi et ses doutes. Elle le conduit par la parole et la prière jusqu'au Christ. Elle est "un temps de rencontre transformante". Un événement de transfiguration dans le vrai, le bon et le beau. Et puisque la liturgie est de connivence avec la beauté, elle "a besoin de l'Art" et des artistes, qui expriment et suscitent l'émerveillement "pour tout ce qui est beau et précieux dans la vie". Il ne s'agit pas pour autant de la beauté fascinante qui charme, qui flatte et qui emprisonne. Mais bien d'une beauté séduisante, qui fait sortir de soi. Une beauté qui invite, qui appelle, qui entraîne vers "Celui qui est la Beauté suprême parce qu'il est l'icône du Père". D'ailleurs, "chaque fois que l'homme cherche à se surpasser, rappelait récemment l'évêque de Gand, il se tourne aussi bien vers la foi que vers l'art".

Il ne faut donc pas s'y tromper. Si Habacuc, le prophète, a fait défiler devant nous des images d'horreur, des cris de révolte et de reproche, il nous offre en même temps des raisons et des semences d'espérance : "Je guetterai ce que dira le Seigneur". La patience s'impose, renforcée par la confiance. Une confiance que l'on cultive. Car "le facile et la pente est de désespérer et c'est la grande tentation", disait Péguy. Cependant, la confiance doit être purifiée de toute méfiance et de tout soupçon envers Dieu et envers le monde.

Ne cherchons pas des boucs émissaires. Dieu est innocent du malheur des hommes. Des hommes qui, trop souvent, emploient très mal leur précieuse liberté. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que la frontière entre le bien et le mal passe d'abord dans nos jardins intérieurs. Elle traverse nos cœurs et nos pensées. Nous sommes tous et chacun capables du meilleur et du pire. Toutes les mauvaises nouvelles du mal et toutes ses formes de violence, les égoïsmes fratricides et les injustices assassines, sont déjà en nous, et pas seulement autour de nous. Le bien et le mal sont des cohabitants, et dans le monde et dans nos cœurs. Et cependant, notre terre éprouvée, notre monde déchiré et souffrant, le cosmos tout entier, constituent eux aussi les parvis de la maison du Père.

C'est bien dans toutes les réalités de notre vie terrestre, et donc les meilleures et les pires, que Dieu se laisse chercher, que Dieu se laisse rencontrer et aimer. C'est notre monde, notre Cosmos qui est pour Dieu le lieu de sa révélation, de sa manifestation, de son incarnation. Et si nous avons souvent à nous réconcilier avec Dieu, nous avons également à nous réconcilier avec la Terre, notre sœur, disait saint François.

Seul celui "qui aime Dieu et la terre à la fois, peut croire au Royaume de Dieu", écrivait Dietrich Bonhoeffer, l'une des grandes figures spirituelles de notre siècle. Il ajoutait : "Nous ne pouvons prier pour la venue du royaume qu'en étant entièrement de la terre". C'est pourquoi, celui : "Qui fuit la terre pour trouver Dieu ne trouvera que lui-même. Qui aime vraiment Dieu l'aime en tant que Seigneur de la terre, telle qu'elle est. Et qui aime la terre, l'aime en tant que terre de Dieu". Nous sommes intimement liés à la terre, pour le meilleur et pour le pire. Ne rêvons pas d'un paradis terrestre offert gratuitement clé sur la porte.

Nous sommes et nous serons toujours confrontés au problème du mal et des mauvaises nouvelles. A nous de les affronter, comme l'a fait le Christ lui-même, "corps à corps, cœur à cœur". Il n'a pas attendu pieusement ni impatiemment que Dieu décrète la paix et la justice et nous les impose. Il s'est trouvé lui-même face à l'injustice et à l'indifférence, à la violence et à la trahison. Il a répondu par l'amour et la justice, le pardon et la main tendue pour la réconciliation. Il s'est rangé du côté des victimes, leur proposant la Bonne Nouvelle et l'espérance d'un royaume de justice et de paix à construire avec lui au prix d'une permanente conversion. Et les fondations de ce monde nouveau se creusent dans nos territoires intérieurs. Car l'espérance est vaine si elle ne nous pousse pas à oser et à entreprendre.

Baptisés et confirmés, nous sommes dépositaires de cette Bonne Nouvelle, avec mission de défendre la vérité de l'Evangile contre tout ce qui peut l'altérer et la trahir. Il nous faut toujours revenir à l'Evangile. C'est lui qui est à la source, à la racine de tout enseignement, de toute doctrine, de toute tradition, de tout engagement, de tout comportement chrétiens. Il est invitation pressante à lutter en nous et autour de nous contre les assauts du mal. Tout en courant au secours des victimes. Car c'est à chacun de nous de porter ou de rendre l'espérance aux écrasés et aux désespérés.

Que vient de nous conseiller saint Paul ? De réveiller en nous le don de Dieu déjà reçu. Et ce n'est pas un esprit de crainte que Dieu nous a donné ! Mais un esprit de force, d'amour et de raison. N'ayons pas peur de proclamer en parole et en actes cette nouvelle toujours bonne qui est celle de l'Evangile. En nous rappelant que "le seul Evangile que pourront lire beaucoup de nos sœurs et de nos frères, c'est notre vie".

Seigneur, augmente en nous la foi. Nous en avons grand besoin pour déraciner les grands arbres de l'égoïsme et de la peur. Et merci, mille fois merci, pour la confiance que tu nous accordes d'être tes serviteurs et même tes amis, si nous accomplissons ce que tu commandes avec tant d'amour.

  1. "Art et liturgie", Albert Rouet, actuellement évêque de Poitiers, DDB 1992, 147 pp.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

1925 - 2008