Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

16/09/2014

Homélie du 25e dimanche ordinaire A

Homélie du 25e dimanche ordinaire A

Is 55, 6-9 ; Ph 1, 20c-24, 27a ; Mt 20, 1-16

D'emblée, Isaïe nous donne une clé de lecture et de compréhension à la parabole proposée par Jésus : "Mes pensées, dit Dieu, ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins". En effet, elle n'est pas destinée à introduire un cours de sciences économiques ni à inspirer l'éditorial d'un journal syndical. Jésus ne veut pas ici résoudre les problèmes du chômage, du droit au travail et du juste salaire. Même si cette histoire d'ouvriers vignerons peut nous faire réfléchir, par exemple, aux problèmes du salaire lié uniquement au rendement. Sachez aussi que sur le plan spirituel, dans ce royaume de Dieu qui se développe dès ici-bas, on n'arrête pas d'embaucher. Et si l'on peut se plaindre du chômage, il ne peut s'agir que d'un chômage volontaire, dû à un refus personnel de répondre à l'appel de Dieu, du Christ, de l'Evangile, ou de la communauté chrétienne.

En son temps, la parabole visait probablement l'élite religieuse, celle des pratiquants exemplaires, pieux et scrupuleux, tels les pharisiens. Ils étaient généralement persuadés d'être "les méritants de la Loi et les vertueux des commandements".

Leur défaut, et même leur péché, était de pratiquer le bien et donc de travailler, mais pour la récompense. C'est ainsi qu'ils étaient devenus des experts en comptes d'apothicaires. En additionnant consciencieusement leurs bonnes œuvres et leurs mérites, pour calculer le juste montant de leur récompense éternelle. Exactement comme s'il s'agissait d'un simple contrat. Un salaire légitime, pour un contrat respecté.

Par contre, ils n'avaient que mépris pour les marginaux de la foi, des traditions religieuses, et de la morale officielle. Ceux et celles précisément que Jésus fréquente le plus souvent. Et à qui, ô scandale !, il promet libération, pardon et accès au royaume. Ceux que l'on peut comparer aux ouvriers de la dernière heure. C'est d'ailleurs parmi eux que Jésus a recruté plusieurs de ses disciples, dont Matthieu, celui qui nous transmet cette parabole. Autre exemple : c'est à un bandit, un repenti et converti à la dernière minute, que Jésus promettra aussi le paradis.

Tout cela ne pouvait susciter qu'envie et jalousie parmi les purs, ces "vrais fidèles de toujours", autrement dit, les ouvriers de la première heure.

Dans les premières communautés chrétiennes qu'il a fondées, Matthieu a été confronté aux mêmes genres de tensions et de jalousies entre les croyants de la première heure, c'est-à-dire ceux venus du judaïsme, et ceux de la onzième heure, c'est-à-dire de nouveaux croyants venus du paganisme. Autrement dit, des incirconcis, des adorateurs d'idoles, des porteurs d'autres traditions et d'idées nouvelles, mais qui ont été séduits par le message du Christ, et que l'on acceptait au baptême pour qu'ils puissent eux aussi devenir à part entière membres de ces communautés nouvelles issues de l'évangile. Dès lors, eux aussi, comme les juifs de race et de religion, devenaient héritiers des promesses divines. Autrement dit : Dieu veut donner la même chance à tous, sans exception. Ce qui veut dire que dans le royaume de Dieu, dans le monde de la foi, il ne s'agit pas, comme dans le monde des affaires, de juger et d'agir selon les critères du rendement économique. La priorité n'est pas à la rentabilité, ni à l'argent, ni au succès, ni aux privilèges, ni au pouvoir, mais bien au respect, à la dignité et au bonheur de chacun et de tous.

Aujourd'hui aussi, comme au temps de Jésus, les fidèles pratiquants (que nous sommes) "depuis toujours", comme on dit, c'est-à-dire les ouvriers de la première heure, peuvent toujours être tentés de capitaliser leurs bonnes œuvres ou de se classer parmi les bénéficiaires de droits acquis. Et cela, en faisant prévaloir leur ancienneté, leur pratique religieuse, leur dévouement, leur vie exemplaire, leur longue fidélité. Par contre, de nouveaux convertis, qui expriment peut-être leur foi et leurs convictions d'une manière différente, selon les particularités d'une autre culture, et donc des ouvriers de la dernière heure, peuvent susciter de la méfiance, peut-être même de l'opposition, des résistances. D'autres encore, qui pourraient nous apparaître quelque peu éloignés de la foi ou de la morale officielles, et qui se voient cependant appelés et engagés pour un service d'Eglise. Ce qui peut provoquer chez certains ouvriers de la première heure des étonnements, des jalousies, des critiques, des désaccords. Comme si la vigne du Seigneur était une chasse gardée. Alors que la bonté de Dieu dépasse toutes nos catégories humaines et que son amour et gratuit et sans frontières.

Remarquez que la dernière question posée par le patron de la vigne reste sans réponse : "Et toi ! Vas-tu regarder avec un œil mauvais parce que moi je suis bon ?"La réponse, c'est à nous de la donner. En fait, l'œil mauvais, c'est le regard, l'esprit et le cœur chargés d'envie et de jalousie, qui s'attristent d'un bien que l'on ne possède pas. Surtout s'il est offert à quelqu'un d'autre qui, croyons-nous, ne le mérite pas. On retrouve ici l'histoire de Caïn et du fils aîné, dont le jeune frère fut prodigue.

Le contraire de l'œil mauvais, c'est d'être capable de se réjouir du bien reçu ou accompli par d'autres. Ce qui nous fait lever le regard vers Dieu qui est la source de tout bien. Alors, on lui rend grâce. Ou, en d'autres mots, ce qui nous est demandé, c'est d'essayer de voir, de regarder et de juger les autres avec le regard et l'esprit du Christ, qui sont le regard et l'esprit même de Dieu. Mais ce n'est pas facile.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

   1925 - 2008