Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

24/03/2015

Homélie du dimanche des Rameaux et de la Passion, B

Homélie du dimanche des Rameaux et de la Passion, B

Mc 11, 1-10 (ou Jn 12, 12-16) ; Is 50, 4-7 ; Ph 2, 6-11 ; Mc 14, 1 - 15, 47

Dieu semble bien souvent absent. Surtout peut-être quand on en aurait le plus besoin. "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" (1). Voilà les seules paroles de Jésus en croix que Marc a retenues dans sa prédication de la Bonne Nouvelle. C'étaient d'ailleurs des paroles semblables que devaient crier dans les geôles romaines ou murmurer dans leurs cœurs désemparés tant de chrétiens victimes d'une persécution croissante.

Comment rendre confiance à ces enthousiastes déçus, à ces nouveaux convertis, juifs ou païens, qui ont reconnu dans le prophète de Nazareth le libérateur de tous les esclavages, l'élu de Dieu, bâtisseur d'un monde nouveau ?

On ne peut vraiment connaître le Christ qu'en passant par où il est passé, répond Marc. On ne peut découvrir en lui la divinité qu'en acceptant sans réserve son humanité.

La vie du Christ n'a pas été constamment adoucie et embellie par des interventions miraculeuses. Trahi par les siens, injustement accusé par ses opposants, condamné à mort, le témoin de la vérité, l'irréprochable, ne sera pas sauvé in extremis par une "légion d'anges".

Ses déceptions seront intégralement humaines, l'angoisse ne lui sera pas épargnée et il sera rongé et torturé lui aussi par le doute lancinant jusqu'à laisser échapper une prière qui frise le désespoir.

La réalité est brutale mais on ne peut la gommer. Dieu "fait chair" n'a pas été bien accueilli. "Il est venu parmi les siens et les siens ne l'ont pas reçu"… Bien des prophéties avaient évoqué très crûment la figure d'un messie, serviteur et souffrant, objet d'outrages de tous genres, maudit et malmené par les adorateurs du vrai Dieu… Prophéties oubliées au profit d'une image plus fidèle aux vanités humaines… Un messie royal et triomphant, politique et nationaliste, vainqueur de tous les ennemis et venu confirmer la religion officielle et ses adeptes les plus fervents.

Dès ses premières interventions, Jésus s'est heurté à tous les pouvoirs en place. La vérité de Dieu n'a pas plu à la vérité des hommes. La Bonne Nouvelle de la paternité divine et de la fraternité humaine, celles de l'amour et du pardon, de la justice et de la paix, ont été aussitôt censurées. Il faut faire taire ce blasphémateur !

La Parole aurait pu se prévaloir de ses origines divines et, comme l'écrit Paul, "revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu". Le Verbe n'a pas suivi la logique de l'esprit du monde. Il aurait pu se dérober à la spirale de la violence et du mal, éblouir ses adversaires et même se faire proclamer roi. Il a préféré la folle logique de l'amour et servir plutôt que d'être servi. Parfaitement homme, il a révélé un Dieu plus humain que l'homme, pour nous apprendre à être parfaitement et totalement homme ou femme.

Jésus n'a pas échappé aux épreuves de l'ingratitude et au supplice de la solitude. Son extraordinaire Bonne Nouvelle s'est constamment heurtée à l'incompréhension de ses proches et même de ses disciples. Marc nous fait toucher du doigt l'isolement progressif du miroir même de Dieu… Alliance des jalousies, des intégrismes et des fanatismes, pièges hypocrites et complots taillés sur mesure… Il faut relire la trahison de Judas, l'assoupissement des disciples, la fuite de la dernière garde et l'ultime et horrible blessure du reniement de Pierre.

A l'heure des miracles, il entendit les applaudissements de la foule. Condamné à mort au nom de Dieu et au nom de l'Empereur, c'est entouré de sarcasmes et de cris de haine qu'il traîna sa croix.

Progressivement, la Parole était devenue silence et c'est le silence de Dieu qui accompagna Jésus au calvaire. Y a-t-il plus grande solitude que celle du gibet ? L'espérance cependant n'est pas morte, car l'angoisse s'accompagne d'un cri : "Mon Dieu, mon Dieu…".

Point d'orgue inattendu, c'est un soldat païen qui dénonce l'aveuglement des hommes et entonne le credo : "Vraiment cet homme était Fils de Dieu".

Aujourd'hui encore, nous pouvons être Pierre ou Judas, Hérode, Caïphe, Pilate ou le Centurion. Nous pouvons trahir la Parole en l'écoutant sans la mettre en pratique. Nous pouvons emprisonner Jésus dans la solitude quand nos credo ne changent rien à notre vie. La Passion du Christ continue. Il est chaque jour re-crucifié, non par des juifs et des païens, mais par des baptisés qui "s'attaquent à la vie du juste et déclarent coupable l'innocente victime". (Ps 93, 21)

L'ami et le fidèle, au contraire, est celui qui "se laisse réveiller chaque matin par la Parole, pour l'écouter comme celui qui se laisse instruire".

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

   1925 - 2008

(1) "Pourquoi m'as-tu abandonné ?", Chiara Lubich, Nouvelle Cité.