Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/05/2015

Homélie de la Pentecôte, B

Homélie de la Pentecôte, B

Ac 2, 1-11 ; Ga 5, 16-25 ; Jn 20, 19-23 ou Jn 15, 26-27 ; 16,12-15

Les chrétiens ont une vocation de polyglottes. C'est ce que semble affirmer Luc dans le reportage très imagé et symbolique qu'il fait de la naissance de l'Eglise. Une bruyante activité, une succession de miracles et toute la gamme des sentiments humains qui vont de la stupéfaction à l'émerveillement. C'est Babel à l'envers. Et il ne s'agit pas d'un conte de fées ni d'un récit pour enfants.

Les textes proposés comme antiennes d'ouverture nous aident à déchiffrer le message et à comprendre l'événement. La source d'abord : "L'Esprit du Seigneur… c'est se faire comprendre des hommes et des femmes de toutes langues". Le fruit de la conversion et de la communion à Dieu ensuite : "L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par son Esprit qui habite en nous".

Ainsi, dans le royaume de Dieu, la langue universelle est celle de la charité. Le message d'amour jaillissant éternellement de la fontaine divine transite par le cœur des croyants pour atteindre "toutes les nations qui sont sous le ciel". Alors que les cultures, races, couleurs et langues, sont si souvent causes de divisions et d'oppositions, œuvres de la chair, voici que l'Esprit unifie et rassemble. Un monde nouveau, des créatures nouvelles.

Le souffle de Dieu est créateur. "Tu envoies ton souffle, chante le psaume 103, ils sont créés. Tu renouvelles la face de la terre". Quand le courant de la vie de Dieu envahit l'être humain, quand la communion s'établit entre le don et celui qui l'accueille, comment le décrire sinon par "un bruit pareil à celui d'un violent coup de vent". Vent brûlant qui dessèche les herbes folles et cautérise les blessures. Souffle puissant qui secoue les endormis et transforme en apôtres audacieux les disciples paralysés par la peur.

Comment ne pas faire nôtre ce cri d'espérance et d'enthousiasme choisi ce dimanche comme acclamation de l'Evangile : "Viens Esprit Saint ! Pénètre le cœur de tes fidèles ! Qu'ils soient brûlés au feu de ton amour !".

L'Esprit donne sens à la vie. Le véritable sens. L'Esprit est un souffle libérateur. Il brise le carcan de l'égoïsme, balaye les étroitesses et les aveuglements de la lettre. Il nous arrache au superficiel et nous fait goûter l'ivresse des profondeurs.

Arbre d'amour dont les racines plongent dans l'intimité de Dieu et se nourrissent de la communion divine, il n'y a pas d'autre fruit que l'amour… mais un amour dont les mille facettes sont autant d'éblouissantes merveilles. Un fruit unique, mais de multiples saveurs qui portent des noms dont on rêve. L'amour, en effet, est joie et paix. Il est aussi patience et bonté, foi et bienveillance, douceur et maîtrise de soi, comme le précise Paul.

Avec un tel éventail de richesses de cœur et d'esprit, "il n'y a pas de loi", ajoute l'apôtre, car "si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes plus soumis à la loi".

Cependant, cette totale liberté, cette libération de tout l'être, est aussi lente croissance et long cheminement pour que l'Esprit puisse pénétrer jusqu'aux dernières fibres de notre être… La longue marche du désert ne peut éviter les pièges et les assauts des "œuvres de la chair". Les dangers les plus graves et les plus menaçants sont encore pour nous aujourd'hui, comme pour nos ancêtres dans la foi, l'idolâtrie et les récupérations idéologiques, les "rivalités, discordes, colères, envie…", qui nous font retourner à Babel et piétiner le fruit de l'Esprit.

Chaque eucharistie est Pentecôte, même si nous avons verrouillé les portes de notre cœur, même si nous sommes accablés par les obstacles de la route, la lassitude ou le découragement. Jésus vient au milieu de nous et nous dit aujourd'hui encore : "La paix soit avec vous !" Dans l'eucharistie, nous voici nourris de la Parole et du Pain. Là aussi nous recevrons son Souffle qui est esprit d'amour… Et nous serons envoyés pour que tous puissent parler et se faire comprendre avec la langue unique du royaume nouveau.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

   1925 - 2008