Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/04/2014

homélie du 2e dimanche de Pâques, A

Homélie du 2e dimanche de Pâques, A

Ac 2, 42-47 ; 1 P 1, 3-9 ; Jn 20, 19-31

Le Christ est ressuscité ! Heureuse mais bouleversante nouvelle. Et après ? C'est le temps du "croire sans voir", celui des "envoyés", messagers et porteurs de vie, de pardon et de paix. Des libérateurs. Temps aussi des fondateurs de communautés, qui seront chacune et ensemble l'Eglise, Corps du Christ, signes fragiles mais déjà perceptibles d'un monde nouveau, inauguré, mais encore à faire. A venir et cependant déjà présent.

Sur le terrain, la Bonne Nouvelle de Jésus Christ vainqueur de la mort et le souffle de l'Esprit ne provoquent pas pour autant des raz-de-marée. La poignée de re-nés, envoyés en mission, se heurtent d'emblée à un monde où se mêlent l'hostilité, la moquerie, l'indifférence ou l'opposition. Pour surmonter les obstacles et assurer la percée de l'Evangile, la Parole devra être confirmée par des actes et des signes, "afin que le monde croie". Une nécessité fondamentale et "incontournable", d'autant plus que la pierre d'angle sur laquelle tout repose est précisément celle "qu'ont rejetée les bâtisseurs" (Ps 117). Il faudra donc des garanties en béton.

Certes, la foi déplace les montagnes et rien ne résiste à l'Esprit. Mais il est tout aussi vrai que le disciple n'est pas au-dessus du Maître. "Ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront". De même, si "l'esprit est prompt, la chair est faible". Cependant, dans la logique de l'incarnation, utopie et réalisation sont faits pour s'entendre et vivre en harmonie. Le royaume définitif se bâtit dans le provisoire. Et le chemin de la sainteté n'est autre que celui de notre pèlerinage ordinaire qu'il nous faut parcourir les deux pieds sur la terre et les yeux fixés sur Jésus Christ, "lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore" (2e lecture).

Le livre des Actes des Apôtres nous révèle sans le moindre complexe et en toute humilité les grandeurs et les servitudes de l'incarnation. La séduisante noblesse de l'idéal, les décevantes imperfections et même les perversions de la pratique.

Aujourd'hui, saint Luc "nous donne d'entrevoir la nouvelle humanité à laquelle tous les humains de bonne volonté sont appelés". L'Eglise en est l'archétype, le modèle. L'édifice repose sur quatre piliers ou quatre fidélités : l'enseignement des apôtres, la communion fraternelle, la fraction du pain, la participation aux prières. Une fraternité, précise saint Luc, qui incite au partage des biens matériels, pour subvenir aux besoins de tous. Dans le concret de l'existence, ce n'est pas là une mince affaire. Nous en sommes témoins chaque jour. Et cela se passe aussi "près de chez nous". C'est ainsi qu'à Bruxelles est née l'agence immobilière sociale (AIS) "Frédéric Ozanam" (1). Une association au statut légal, dont la vocation consiste en la gestion de biens immobiliers pour loger les familles les plus démunies.

A tous les niveaux et à toutes les époques, l'authenticité de l'Eglise, sa fidélité au Christ et son rayonnement, vont dépendre de ses quatre colonnes. Négliger la Parole, c'est se priver de sève et de lumière. Pas de fidélité au Christ si ceux et celles qui se réclament de lui n'harmonisent pas leurs différences dans l'unité d'un corps. Pas de fidélité au Christ sans une persévérance dans la fraction du pain, "le premier jour de la semaine, car c'est alors que Jésus rend visite aux siens, sous les signes qui le révèlent et le voilent en même temps". C'est ce jour-là qu'il leur apporte le cadeau du pardon des péchés et celui de la paix, de la joie et de son Esprit qui les envoie en mission. Une célébration qui ne relève pas de l'obligation mais de la nécessité vitale. Encore faut-il que la liturgie du pain rompu se prolonge et s'incarne dans le partage des talents et des biens, sous peine d'être réduite à une pieuse dévotion qui ne serait plus qu'un semblant de foi. Et c'est encore la Parole, entendue et accueillie, qui inspire la véritable prière où la contemplation et l'action sont unies "pour le meilleur et pour le pire".

C'est toujours aux quatre piliers et aux quatre fidélités que reviennent les prophètes, les réformateurs et les fondateurs, quand ils veulent rendre à l'Eglise familiale, paroissiale, locale ou universelle, son véritable visage et la puissance de son rayonnement. Tout grand progrès, a-t-on dit, "est dû à l'utopie réalisée".

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

  1925 - 2008

  1. AIS "Frédéric Ozanam", rue Haute, 37 à 1000 Bruxelles, Tel/fax 02.502.73.20, aisfredericozanam@hotmail.com