Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/09/2015

Homélie du 23e dimanche ordinaire B

Homélie du 23e dimanche ordinaire B

Is 35, 4-7 ; Jc 2, 1-5 ; Mc 7, 31-37

Mais où est donc ce Royaume nouveau annoncé par Isaïe et inauguré par Jésus Christ, où l'on ne trouve ni aveugles, ni sourds, ni boiteux ? Ce n'est pas encore demain la veille !

Cependant, Isaïe ne se trompe pas, et Marc ne nous fait pas prendre des vessies pour des lanternes. Mieux encore, ce qu'ils annoncent et ce qu'ils affirment est toujours d'actualité. Et c'est à l'actualité qu'il faut recourir pour mieux comprendre l'expérience et le langage bibliques, qui ne séparent pas, comme nous le faisons trop souvent, l'histoire profane et l'histoire sainte, les évènements quotidiens et la Parole de Dieu. Dans les faits que nous qualifions spontanément de "réels", les auteurs bibliques savent discerner, infiniment plus que nous, des "signes" qui révèlent la face cachée des évènements et nous font découvrir la place occupée par Dieu dans l'histoire des êtres humains.

Les évènements auxquels fait allusion Isaïe présentent beaucoup de similitudes avec les évènements du monde actuel : libération de peuples opprimés, liberté retrouvée mais difficile à gérer, rêve d'un monde nouveau où règnera l'abondance. Et quand Isaïe met son espoir dans le païen Cyrus et qu'il prédit aux exilés et aux opprimés le retour à leur patrie, il a vu juste. Mais quand il décrit ce nouveau paradis terrestre, il joue en même temps sur le registre symbolique, où la libération, les guérisons et l'abondance transcendent les réalités politiques et le bien-être physique et matériel.

Sa lecture des évènements et ses analyses ne sont pas celles d'un historien ni d'un politologue ou d'un observateur matérialiste, il lit avec le cœur et l'esprit d'un poète et d'un croyant. Et il découvre une face cachée où Dieu est présent et agissant.

Premier message d'incarnation : Quand le peuple de Dieu multiplie les initiatives de paix et cherche à triompher de la guerre, de la haine, de la vengeance… quand il lutte contre la famine, les injustices et les oppressions, les esclavages et les servitudes de tous genres, les ravages de la maladie, il pose des jalons sur la route qui conduit l'humanité à la réalisation d'un monde selon le cœur de Dieu. Il fait progresser le Royaume de Dieu.

Deuxième message : Quand les auteurs bibliques du premier ou du second Testament précisent même que le Royaume de Dieu sera arrivé quand les aveugles, les sourds, les boiteux et les muets seront guéris, il s'agit aussi d'une réalité symbolique qui ne nie pas, mais dépasse largement la réalité physique.

Décrivant le bon vieux temps d'une époque de paix et de prospérité, l'auteur du livre de l'Exode affirme qu' "il n'y avait pas de sourds, puisque tous entendaient la Parole du Seigneur ; pas de muets non plus, puisque tout le peuple répondait à Moïse"… Tout comme Isaïe explique par ailleurs : "Les péchés ont fait en sorte que les Israëlites sont devenus aveugles envers la Loi. Dès lors, ils sont sourds, puisqu'ils n'apprennent pas la Torah, et leurs yeux sont fermés, puisqu'ils ne voient pas la Présence. Mais qu'adviendra-t-il quand viendra le Messie ? Il leur ouvrira les yeux et les oreilles. Alors, ils entendront la Parole du Seigneur."

C'est dans ce même sens que les apôtres et les disciples ont plus d'une fois mérité les reproches de Jésus et que nous les méritons encore aujourd'hui : "Vous avez des yeux, ne voyez-vous pas ? Vous avez des oreilles, n'entendez-vous pas ?"

Aujourd'hui encore, nous sommes vraiment sourds quand notre cœur est fermé à la Parole ou que nous l'entendons sans l'accueillir et la mettre en pratique. C'est la même surdité réelle qui nous atteint quand nous restons insensibles aux appels des déshérités, des affamés, des sans abris…

Et muets, nous le sommes, quand nous refusons de prononcer des paroles de paix et de pardon, de bienveillance et d'encouragement. Muets encore, quand nous craignons ou négligeons de faire écho à la Parole ou de rendre grâce à Dieu pour tant de merveilles qu'il accomplit. Nous avons donc tous besoin d'être guéris pour pouvoir voir, entendre, parler et marcher correctement, d'une manière évangélique.

Pour faire progresser l'humanité vers le Royaume de Dieu, nous avons aussi, selon nos compétences, les circonstances, à venir en aide aux aveugles, aux sourds et aux muets, aux boiteux et aux affamés, aux handicapés et aux opprimés… Comme nous le rappelle souvent l'actualité de nos journaux écrits, parlés ou télévisés, ou la Une du journal tout à fait profane de "Médecins sans frontières", aussi Parole de Dieu qui résonne dans nos cœurs : "Sommes-nous devenus sourds ? Le murmure des enfants, qui par milliers agonisent dans les pays d'Afrique à la dérive, ne parvient plus à nos oreilles… Silence… On meurt… Jusqu'où ira notre aveuglement ? De grands chocs Nord-Sud s'annoncent… Et nous ne voulons pas les voir. Des hommes et des femmes hurlent leur misère sur le pas de nos portes… Nous refusons de les entendre…" (1991).Que dire ? Sinon prier le Seigneur : "Seigneur, guéris-nous, mets tes doigts dans nos oreilles et touche notre langue". … Laissons-nous soigner, laissons-nous guérir.

 

P. Fabien Deleclos, franciscain (T)

1925 - 2008